Chaton ou chat adulte ? Avantages et inconvénients

Vous souhaitez adopter un chat et devez décider s’il doit devenir un chaton ou un chat adulte ? Voici quelques conseils importants qui vous faciliteront certainement la décision.

Les chatons sont irrésistiblement doux, enjoués, maladroits et beaux à regarder, alors pourquoi ne pas acheter un chaton ? Aussi mignon qu’un chaton soit, l’élever demande beaucoup de travail. Il faut donc absolument avoir assez de temps pour la petite patte de velours. Un chat adulte exige généralement beaucoup moins de vous. Les deux âges ont des avantages et des inconvénients, il n’y a pas de bien ou de mal général. Mais vous devez prendre votre décision sur la base des bons critères : les premiers mois, il faut faire preuve de patience.

Les moufles ont le bonus bébé, et à juste titre

Regarder un jeune chaton jouer et explorer le monde est un privilège absolu. Cependant, un jeune chat signifie aussi beaucoup d’efforts : les chatons doivent être éduqués, par exemple, ils doivent d’abord apprendre à aller à la litière, ils ne sont pas formés immédiatement à la maison. Ils ont besoin de protection et de sécurité, mais aussi d’espace pour se défouler, ce qui est généralement le cas chez vous. Si vous avez des enfants en bas âge à la maison, ils doivent d’abord apprendre à manipuler correctement le chaton.

Dans tous les cas, vous devez être conscient de la responsabilité qu’un jeune chat apporte avec lui, et surtout dans les premiers mois vous devez avoir assez de temps pour cela. Si c’est le cas et que vous pouvez vous adapter pleinement à ce petit tourbillon, une jeune patte de velours vous donnera bien sûr beaucoup de plaisir.

Si l’on s’amusait à demander aux propriétaires la première raison qui les pousse à adopter un chaton, de nombreuses personnes répondraient : leur apparence craquante et adorable. Difficile de rester insensible devant ces boules de poils qui n’attendent qu’à être chouchoutées. Au-delà de l’aspect purement physique, si vous avez d’autres animaux de compagnie dans la maison, il sera plus facile de faire accepter un chaton plutôt qu’un chat adulte. Et dans le cas où vous désirez avoir en même temps un chat et un chien, il est conseillé de les adopter quand ils sont encore en bas âge. Vous éviterez ainsi les problèmes de mésentente entre eux. En outre, l’éducation est beaucoup plus simple chez le chaton que chez le chat adulte. Le félin grandira à vos côtés ce qui contribue à nouer des liens très forts entre vous.

Mais en adoptant cette petite boule de poils, ne vous attendez pas à ce que votre vie soit un long fleuve tranquille. Bien au contraire, apprêtez-vous à subir les dégâts causés par votre nouveau locataire. Très joueur, il explorera son territoire, grimpera partout, touchera à tout. Bref, il risque de mettre sens dessus dessous votre maison. Comme il est très fragile, il a aussi besoin d’une surveillance permanente, surtout du point de vue de sa santé. Autant vous préparer dès maintenant à un budget important pour la stérilisation, les vaccins, l’identification et la vermifugation.

Les chats adultes sont généralement très reconnaissants

Un chat adulte de plus d’un an est déjà beaucoup plus calme qu’un chaton et, selon son origine, il est généralement bien socialisé. Si vous achetez ou adoptez un chat adulte à museau en peau, dans un refuge, par exemple, vous devez absolument vous familiariser avec son histoire pour être prêt à faire face à tout comportement particulier qui pourrait être requis. Certains chats n’aiment pas être seuls à la maison ou ont peur de certains objets ou situations, vous devez en être conscient.

Un autre grand avantage d’un chat adulte est qu’il a déjà un caractère solide et que vous savez exactement quel genre de patte de velours vous allez ramener à la maison. Est-elle plutôt enjouée ou très calme ? A-t-elle le droit d’être prise en charge calmement ou n’aime-t-elle pas du tout cela ? Tout cela vous permet de vous renseigner facilement sur un chat adulte, alors que le caractère d’un petit chaton est encore en développement.

En gros, un chat adulte est très reconnaissant d’avoir un nouveau foyer aimant, surtout s’il vient d’une famille d’accueil ou d’un refuge. Pour choisir le bon chat, vos propres conditions de vie sont toujours un facteur décisif. Ainsi, par exemple, quelqu’un qui a peu de temps, devrait plutôt se décider pour un chat adulte tout à fait indépendant.

L’avantage de prendre un chat adulte est qu’il n’existe pas de mauvaise surprise concernant son caractère. En effet, ses préférences et ses habitudes sont déjà bien cernées. Vous êtes aussi au courant de ses éventuelles maladies ce qui vous aide à anticiper les soins vétérinaires dont il a besoin. Un chat adulte est aussi beaucoup plus sociable.

Par contre, il a besoin d’attention et de suivi également, au même titre qu’un chaton. On ne sait jamais, car il a peut-être vécu une expérience traumatisante par le passé, ce qui a façonné son caractère. D’ailleurs, son passé joue énormément sur son comportement. Il peut se montrer craintif, agressif, indépendant ou même pot de colle. Quoi qu’il en soit, avec un minet déjà âgé, les bêtises seront moins nombreuses car adulte, un félin sait mieux se contrôler et canaliser son énergie. Il a aussi acquis tous les gestes d’hygiène nécessaires et vous n’aurez plus à l’éduquer sur ce point-là. C’est déjà un précieux gain de temps.

Adopter un chat adulte permet, de surcroît, de réparer une sorte d’injustice. S’il a vécu à la SPA ou dans un refuge, il n’a certainement pas connu que des jours heureux. Vous lui permettez de bénéficier d’un nouveau foyer et de profiter de l’amour et de l’attention d’une famille. Il deviendra un merveilleux compagnon qui fera votre bonheur.

Satisfaire les besoins d’un chat d’intérieur

Le chat en appartement a besoin d’un univers riche et structuré. Pour son bien-être, il faut aménager des aires distinctes : un ou plusieurs points d’alimentation, une litière, plusieurs aires de repos, et des cachettes. Les aires d’alimentation, de couchage, et la litière doivent être clairement séparées dans l’espace, et ne doivent pas être situées dans un lieu de passage ou à côté d’un appareil bruyant. Il n’est pas judicieux, par exemple, de placer sa gamelle à proximité immédiate de la litière. C’est ainsi que s‘organise, dans la nature, cet animal territorial. Dans la mesure du possible, il vaut mieux éviter de déplacer les meubles car le chat y appose des marques olfactives pour « baliser » son territoire.

Les chats apprécient beaucoup de pouvoir prendre de la hauteur. Toutes les étagères accessibles seront les bienvenues. Si votre appartement est petit, c’est un bon moyen d’augmenter la surface disponible pour le chat. Les arbres à chats sont pour certains une distraction importante, d’autres n’y prêteront pas la moindre attention. Ils seront idéalement situés près du lieu de couchage. Les griffoirs seront également utilisés avec plus ou moins de succès. Pour les rendre plus attractifs, vous pouvez les frotter avec un noyau d’olive, ou les griffer vous-même avec une fourchette trempée dans l’huile d’olive, odeur très excitante pour le chat. En général, les griffoirs les plus stables seront privilégiés par le chat (ceux en cartons sont légers, instables, et souvent peu utilisés).

D’autre part, il est important d’avoir des périodes de jeu avec lui, y compris à l’âge adulte, et de laisser des jouets à sa disposition pendant la journée pour contrer l’ennui. Il faut essayer au maximum de varier les activités. Le défi consiste à trouver un jouet qui le stimule et ne le lasse pas trop rapidement.

Concernant l’alimentation, compte tenu de l’activité physique très réduite des chats d’intérieur, il vaut mieux opter pour un aliment peu calorique. Beaucoup de fabricants proposent des croquettes spécialement formulées pour les chats en appartement. Il est préférable de suivre régulièrement l’évolution du poids de votre chat et de demander rapidement conseil à votre vétérinaire en cas de prise de poids anormale. Certains jouets permettent à la fois de stimuler le chat et de libérer de la nourriture par petite quantité. Les plus répandus sont des tubes perforés que le chat doit faire rouler pour libérer les croquettes.

En général les chats s’en amusent beaucoup, mais ils ont pour la plupart l’inconvénient d’être bruyants, et de disséminer des poussières de croquette dans tout l’appartement. D’autres jouets tout aussi stimulants consistent à placer de la nourriture sur un plateau de jeu, ou simplement dans un gobelet fixé au sol, pour inciter le chat à attraper les croquettes avec la patte. Il est tout à fait possible de faire en sorte que ces jouets deviennent la seule source de nourriture de votre chat.

Ne laissez jamais votre chat sur le balcon sans surveillance. Les défenestrations sont plus fréquentes qu’on ne le croit, et toutes les chutes peuvent être graves, du 2ème étage comme du 5ème. De même, prenez garde à ne pas laisser de fenêtre ouverte si vous n’êtes pas dans la pièce. Pour autant, ne privez pas votre chat d’un balcon ou d’une terrasse, qui est un élément de distraction et de bien-être considérable.

Les jeux et distractions devraient vous permettre d’éviter les « attaques de prédations », qui sont un problème fréquent des chats en appartement : faute d’activité le chat attaque les jambes du propriétaire. Si malgré tout ces attaques persistent, il est vivement conseillé de vous tourner vers un vétérinaire comportementaliste pour mettre en place un traitement adapté afin de faire diminuer le niveau d’excitation du chat. Parfois il faudra se résoudre malgré tout à lui trouver une maison avec jardin.

Faut-il faire vacciner, vermifuger, identifier et stériliser un chat qui ne sort pas ?

– La stérilisation : les avantages du point de vue médical s’appliquent également aux chattes d’intérieur. Concernant les mâles, la stérilisation aura l’avantage de diminuer l’excitation et les comportements de marquage urinaire, mais constituera, en plus de l’enfermement, un deuxième facteur favorisant la prise de poids excessive.

– La vaccination : elle reste conseillée pour les chats vivant en appartement. En effet, certains virus sont très résistants dans le milieu extérieur, et vous pouvez les ramener chez vous par l’intermédiaire de vos vêtements ou de vos chaussures (c’est le cas par exemple du Calicivirus responsable du Coryza). Pensez à bien vous laver les mains après avoir été en contact avec un autre chat. De plus, même si il n’a pas un accès libre à l’extérieur, votre chat pourra être amené ponctuellement à consulter un vétérinaire, se faire garder et  rencontrer des congénères.

Promener son chat en laisse : une bonne idée ?

Certains propriétaires de chats en appartement optent pour les promenades en laisse. Cela peut être une source de distraction pour le chat, en le confrontant à des situations, des odeurs, des bruits qui sortent de l’ordinaire. Pour ce faire, équipez-le d’un harnais. Les colliers ne sont absolument pas adaptés à la morphologie du chat, qui pourra s’en dégager. Commencez dès l’adoption à lui faire porter le harnais seul, puis, une fois qu’il est bien toléré, accrochez-y une laisse légère, en la laissant trainer derrière lui.

Les laisses en nylon sont idéales, car elles sont souples, légères, et facilement lavables. La troisième étape consiste à tenir la laisse en suivant le chat dans ses déplacements. Enfin, vous pouvez l’encourager à vous suivre en l’appelant, en l’attirant avec un jouet ou une friandise. Il ne faut en aucun cas le contraindre. Les premières sorties devront être courtes, dans un endroit calme. Par la suite, vous pouvez sortir dans la rue à des heures calmes. Si le chat est effrayé par quelque chose, prenez-le dans vos bras, et rentrez. Tout cela nécessite encore une fois d’avoir un chat bien équilibré et sociabilisé.